Note précédente
22.06.06

ESPACE / APPARTENANCE : L’influence de l’espace sur le genre et l’inclusion

LES LIEUX D’APPRENTISSAGE ET
LE SENTIMENT D’APPARTENANCE

______________

En tant que chercheurs et participants, nous souhaitons aborder de front les enjeux sociétaux de notre époque en utilisant la conception de l’espace comme une forme d’activisme. C’est en arrivant à une meilleure compréhension des cultures, des identités et des perspectives que nous dégageons de nouveaux axes de recherche lors de conférences-charrettes.

Questions sous-jacentes / Cadre de l’étude

Après avoir eu vent de commentaires reçus lors de la conception d’une école avec la firme primée Gould Evans, Julia Pascutto, responsable de recherche et de design pour FLDWRK, a eu l’idée d’entreprendre un travail de recherche sur un sujet peu exploré : l’inclusion de la diversité des genres dans les lieux d’apprentissage.

Maintenant un projet de recherche de FLDWRK mené par Pascutto, la Gender Inclusive Design Study (GIDS) mesure le sentiment d’appartenance au lieu d’apprentissage chez des personnes de différentes identités de genre et interroge le rapport qu’entretient l’environnement bâti avec la culture et l’identité.

En s’inspirant du travail de plusieurs chercheurs comme Sapna Cheryan, qui a analysé les codes genrés du design d’intérieur dans Classrooms matter : The design of virtual classrooms influences gender disparities in computer science classes, Gould Evans a démontré par la conception initiale de son école que les éléments permanents des lieux d’apprentissage pouvaient faire l’objet d’une étude. Les choix des étudiantes et des étudiants sont influencés par l’espace physique du lieu d’apprentissage : pour accroître leur sentiment d’appartenance à cet environnement, il faut concevoir des salles de classe qui vont au-delà des modèles stéréotypés.

Cette recherche, qui s’inscrit dans l’optique Nouvelles perspectives, soulève une question d’importance : comment pouvons-nous mieux cerner les mécanismes d’exclusion pour cultiver un sentiment d’appartenance à l’espace qui soit ultimement partagé par toutes et tous, dans un environnement bâti plus inclusif et équitable ?

The Instrument / Mise en pratique de la recherche

Au fil du processus, The Instrument (L’instrument) a été mis au point.

Conçu pour récolter des données relatives à diverses tranches d’âge et géographies, cet outil mesure le sentiment d’appartenance au lieu d’apprentissage chez des personnes de différentes identités de genre au moyen de questions liées à des stimuli visuels.

Bien que l’étude soit toujours en cours, des parallèles intéressants ont déjà été tracés entre l’espace et le sentiment d’appartenance. Ultimement, la GIDS a pour objectif de sensibiliser le milieu de l’architecture et du design, d’étendre la portée du projet à tout type d’espace et d’amener des changements durables en plaçant la diversité des genres et l’inclusion au cœur du processus de conception.

Portée du projet

Alors que les répercussions financières de la pandémie continuent de se faire sentir dans le milieu des études supérieures, qui était déjà en manque de financement avant la crise, les établissements postsecondaires comptent toujours accueillir de plus en plus de femmes dans leurs programmes axés sur les sciences, la technologie, l’ingénierie et les mathématiques (STIM).

Ils pourraient aborder ce défi de taille en s’appuyant sur la GIDS, qui ne se limite d’ailleurs pas aux lieux d’apprentissage, mais constitue le point de départ d’une réflexion plus large. Les résultats obtenus au moyen de l’outil pourraient par exemple aussi servir aux employeurs qui cherchent à diversifier leurs équipes dans des secteurs à prédominance masculine.

À travers des actions concrètes, nous avons démontré que la GIDS pouvait contribuer à l’atteinte d’un environnement bâti plus inclusif et équitable.

 

Architecte qui compte plus de dix années d’expérience à son actif, Julia Pascutto a travaillé à Toronto, à Montréal, à Vancouver et à San Francisco. Elle s’intéresse particulièrement à la conception de lieux de guérison et d’espaces éducatifs, communautaires et résidentiels. Par l’élaboration de concepts inclusifs, résilients et responsables, elle aspire à informer le public et à enrichir son expérience de la conception. Élevée à Hong Kong et formée à l’Université Cornell de New York, elle puise son inspiration dans la diversité et la croissance personnelle. Chef de file qui s’implique activement dans le processus de conception et de réalisation des projets, Julia mise sur la collaboration et l’efficacité des équipes. Elle codirige le projet de recherche GIDS en cultivant sa passion pour le design équitable.